Jeudi 14 Juin 2018 - 20:45

Barbares

LE CONFORT MODERNE Club (assis) Placement libre
Barbares pourrait prendre racine dans la poésie d'Henri Michaux. Un poète qui disait de lui-même qu'il était « né troué ». Ce qui se joue au sein de ce quartet est peut-être là. Comment produire une musique poétique et trouée ? Trouée, c'est à dire discontinue et manquante.
Peut-être que tout cela se joue dans le rythme. Un discours musical et rythmique qui accumule, envisage les espaces et les discontinuités de la pratique sonore. Il y a chez Michaux comme chez Barbares une histoire d'empilement d'expériences. Une manière de rendre audible, visible, l'invisible du rythme, l'invisible d'un sensible poétique.
Canalisé par la batterie cadencée de Makoto Sato, mais excité par les bidouillages tous azimuts des synthétiseurs de Jean-Marc Foussat, le sopranino de Jean-Luc Petit (comme aussi bien son ténor lyrique ou sa clarinette tellurique) se tord en tous sens, soutenu par le trombone imperturbable et pointilliste de Christiane Bopp. La grande prêtresse et initiatrice de ce projet à têtes chercheuses, chez qui on ne sait jamais trop si elle souffle ou si elle chante. Toujours un peu des deux sans doute.
Et tout est parfaitement à sa place, la machine tourne à plein régime. Finalement. Un flux parfaitement imperturbable, se jouant des trous, des discontinuités. Comme on zigzague entre les ornières d'un chemin de traverse bien plus excitant que toutes les lignes droites qu'empruntent parfois trop de musiques.

> Concert gratuit pour les adhérents JAP
Non disponible en ligne

saison 2018-2019Du 1 Septembre 2018 au 31 Août 2019

Format jj/mm/yyyy

0 Panier

Votre panier est vide
Total : 0€
Infos & tarifs
0 Panier